• asempe

Comment tuer la créativité ?


Un postulat souvent entendu est de dire que « tout le monde est créatif ». Si cela est vrai, quel est alors le vrai problème et les pistes pour être plus efficace ?

Les individus sont créatifs par nature mais plutôt pour générer des idées (issues de connaissances accessibles) qui sont de fait souvent non variées ni originales

Selon David Kalman, nous disposons de 2 systèmes cognitifs distincts. Le premier est heuristique de manière à raccourcir le raisonnement, à l’automatiser. Ceci de manière à réagir rapidement, avec le minium d’effort et dans un souci d’efficacité. Obtenir une réponse à un problème donné produit alors une réelle satisfaction émotionnelle. Le second système demande lui plus d’effort car il obéit à une logique déductive. Dès lors, naturellement, les individus ont tendance à mobiliser des connaissances les plus accessibles pour imaginer des solutions, et pire, plus la réponse obtenue est rapide plus ils en tirent satisfaction.

Les effets de fixation et les biais sont des facteurs limitants, sources de convergences prématurées et ... de propositions « plates »

D’autres phénomènes limitent aussi la créativité individuelle comme : l’effet de fixation, la non-implication, les jeux politiques, l’impossibilité à rebondir, le mimétisme (adhésion à l’idée du groupe avec recherche du consensus maximal) Ici, la notion de biais cognitifs est aussi fondamentale qu’il s’agisse du « conformisme », de « l’aversion à la perte », de l’appétence pour le « court vs long terme », … (voir à ce titre le codex des biais cognitifs). Ces biais sont si nombreux qu’ils mériteraient une attention particulière mais sont paradoxalement souvent ignorés. La créativité est donc « tuée » ou limitée par l’individu lui-même de manière consciente ou inconsciente mais est-ce suffisant pour expliquer le "manque" de créativité dans les organisations ? Évidemment non, car l’entreprise elle-même est tout aussi responsable.

L’individu tout en état créatif est paradoxalement son pire ennemi. Et l’entreprise ne fait pas mieux pour contourner cet état naturel

L’entreprise est aussi responsable du manque de créativité pour les 6 causes limitantes régulièrement citées :

  1. un challenge non atteignable du fait d’un cadrage inexistant, d’enjeux non partagés, de temps alloué insuffisant

  2. un manque de diversité de l'équipe, entre soi, d’une non réelle volonté de collaborer ou d’expertises inadaptées au sujet (souvent liés à une non réelle identification des compétences des individus)

  3. un manque de liberté (pas ou peu d'autonomie, objectif mal défini ou non motivant)

  4. des ressources inadaptées (moyens alloués, temps)

  5. une attitude du management inadaptée par un manque de valorisation des travaux, une ignorance de l'effort, biais négatifs liés à la vision court terme notamment

  6. une absence d’une construction rigoureuse de l’atelier de créativité

L’individu tout comme l’entreprise sont, pour des raisons extrêmement différentes, à la source des échecs des séances de créativité.

Et pourtant, il existe des règles simples pour favoriser au sein de l’entreprise la génération d’idées atypiques et porteuses !

Ce point sera abordé dans un prochain article

0 vue

©2018 by KONOV'. Proudly created with Wix.com